Publié le : 22 mars 20225 mins de lecture

Quel est l’avenir de l’humanité ? Est-on au bord de l’effondrement de la civilisation ? Comment peut-on construire le monde de demain ? Depuis la nuit des temps, des hommes et des femmes se posent ces questions existentielles. Il est urgent de trouver des réponses aujourd’hui, selon le dernier rapport du GIEC. Pour imaginer cela, on s’est tournés vers une nouvelle théorie. Un courant de pensée interdisciplinaire : théorie de l’effondrement ou études de l’effondrement.

La théorie de la désintégration ou désintégrologie : une brève définition

Le mot « collapsologie » est dérivé de « collapsus », qui signifie « tomber en morceaux ». Une traduction plus familière, qui vous sera utile lors de votre prochain dîner, est to collapse, qui signifie « s’effondrer ». La collapsologie est donc une théorie de l’effondrement. » Effondrement de quoi ? Eh bien, la civilisation d’aujourd’hui ! Le terme a été inventé en 2015 par Pablo Servigne et Raphael Stevens dans leur ouvrage. Avant-propos de Pablo Servigne, ingénieur agronome, biologiste et « spécialiste des questions d’effondrement ». Raphael Stevens est un « éco-conseiller » et un expert en résilience socio-écologique. Appelleriez-vous cela l’effondrement de la civilisation ? Dans son livre, Pablo Servigne explique : l’effondrement est le point final où les besoins fondamentaux (eau, nourriture, abri, vêtements, énergie, etc.) ne sont plus satisfaits pour la majorité de la population par des services légalement réglementés. Cela signifie, en gros, qu’on épuise tout parce qu’on a trop d’humains et qu’on pollue trop. Le résultat sera une série de catastrophes naturelles, une panique mondiale ou la fin du monde. Alors, passez une bonne journée et on vous souhaite le meilleur passe temps. Rendez-vous sur un site spécialisé pour en savoir plus sur l’effondrement de l’Homo-Consommatus.

L’effondrement de la civilisation : pourquoi il est si populaire aujourd’hui

Bonjour Pandémie 2020. Qui ne se souvient pas de la scène dans le magasin à l’annonce du blocus ? Chômage technologique, pénuries, virus, insécurité… Il est facile de voir dans cette crise sanitaire l’un des signes avant-coureurs de l’effondrement prochain de la civilisation. Bien sûr, les crises telles que la guerre, la famine et les maladies ont toujours fait partie de l’histoire. Mais cette fois, c’est différent. Pourquoi est-ce différent ? En effet, cette crise sanitaire Covid-19, auparavant limitée à une zone bien définie, met en mouvement les interrelations de tous les éléments de l’écosystème et remet en question la mode de vie à tous les niveaux. Pour Pablo Servigne, la pandémie de coronavirus est une « crise cardiaque » et montre que « la société est extrêmement vulnérable ». Les désintégrationnistes ont pour tâche de tirer la sonnette d’alarme sur la gravité de l’effondrement irréversible à venir de la civilisation. Ils ont trouvé dans cette pandémie l’exemple parfait pour illustrer leurs théories et affirment que si on n’ouvre pas les yeux rapidement, c’est le début de la fin. Cependant, en raison de la crise contemporaine, l’idée de collapsologie, bien que populaire aujourd’hui, n’est en aucun nouveau cas.

La fin de la civilisation 

 L’apocalypse a été l’une des premières formes de chorapthologie étudiées par les historiens. En Occident, 82 prophéties de fin du monde ont été faites depuis Nostradamus, dont aucune ne s’est réalisée. Pour preuve, vous lisez cet article aujourd’hui. À savoir, le déclin, la chute et l’extinction de civilisations telles que l’Empire romain, l’Atlantide et les Mayas, n’est pas nouvelle : depuis le 20e siècle, de nombreux intellectuels se sont penchés sur la question et ont analysé les conséquences négatives d’un mode de vie hyperindustrialisé : en 1972, un groupe de réflexion composé d’économistes, de scientifiques et d’industriels, dirigé par Donella et Dennis Meadows, a publié un rapport intitulé « The Limits to Growth Le modèle, mis à jour en 2012, explique diverses théories sur l’effondrement de la civilisation industrielle, tant actuelle que future.