Découvrez les valeurs et les idées de Maryam Rajavi à travers sa biographie

Maryam Rajavi

Née en 1953 à Téhéran, Maryam Radjavi a grandi dans une famille de classe moyenne. Bien qu’elle ait un diplôme en génie métallurgique, elle est aussi une épouse et une mère. En 1970, Maryam Radjavi a pris conscience et s’est familiarisée avec le mouvement anti-shah. Elle est rapidement devenue une dirigeante du mouvement étudiant dans son université, et a également rejoint d’autres mouvements dont le but était de soutenir la création d’un gouvernement iranien laïque. Depuis que ses sœurs ont été exécutées par les régimes iraniens, Maryam Radjavi continue à ce jour de prendre la parole et de lutter contre ces régimes injustes.

La mère de la Résistance iranienne

Au cours de ses études à l’Université de technologie de Sharif, Maryam Rajavi a commencé son voyage en encourageant ses camarades à entreprendre une action collective dans la poursuite d’un objectif : opprimer contre les lois de leur temps. Son parcours de résistance a commencé pleinement après l’exécution de sa sœur et se poursuit encore aujourd’hui. Elle est devenue le visage des droits des femmes en Iran. Les objectifs et principes de Maryam Radjavi sont restés les mêmes depuis. Comme le peuple iranien aspire à la liberté et à la démocratie, la mission de Maryam Radjavi est d’aider à la concrétisation de ce mouvement en dirigeant le mouvement mondial, la Résistance iranienne, en opposition au fondamentalisme islamique. En participant à des engagements de haut niveau, elle a pour objectif de fournir un leadership différent au peuple iranien. Avec tous ses efforts en tant que chef adjointe de l’Armée de résistance nationale et dirigeante des autres organisations de résistance iranienne, Maryam Radjavi a obtenu le titre de présidente du Conseil national de la résistance. Pour en savoir plus sur la biographie de Maryam Radjavi, vous pouvez visiter www.maryam-rajavi.com.

Une organisatrice compétente

Grâce à ses excellentes compétences en leadership, Maryam Radjavi est devenue candidate aux élections législatives à Téhéran en 1980 et a reçu des milliers de voix. En 1981, elle a organisé deux manifestations pacifiques contre leur nouvelle dictature. Pendant cette période, Ruhollah Khomeiny a déclenché une terreur généralisée sur la population iranienne. Des milliers de personnes ont été injustement arrêtées et tuées à l’époque. Le lieu de résidence de Maryam Radjavi a également été perquisitionné, mais elle a pu survivre à ces rencontres. Transférée à Paris, elle s’est rapidement relevée et est devenue la femme la plus compétente du mouvement. Elle a en effet occupé de nombreux rôles au cours des années 80, notamment celle de co-dirigeante des Moudjahidines et est devenue plus tard secrétaire générale de l’organisation. Elle a également été nommée commandant en chef adjoint de l’Armée de libération nationale. Son devoir à l’époque était de transformer l’armée en une force militaire bien entraînée.

Son combat pour les droits de l’homme

En tant que leader de la Résistance iranienne aujourd’hui, Maryam Radjavi est tout à fait favorable à la protection des droits de l’homme en Iran, ainsi qu’à l’accent mis sur les droits des femmes. L’amour de la liberté est ce qui fait avancer le mouvement de la Résistance. Maryam Radjavi valorise les droits des femmes et continue de lutter pour l’égalité des sexes afin que les femmes aient les mêmes droits politiques, sociaux, culturels et économiques que les hommes. Son objectif est de créer un futur Iran où les femmes peuvent choisir et être élues, ainsi que choisir n’importe quel poste ou poste gouvernemental qu’elles souhaitent, que ce soit la magistrature ou la présidence. Les femmes en Iran devraient également être autorisées à choisir leur propre mari et à avoir des droits égaux en matière de divorce, ainsi que le droit de choisir leurs propres vêtements.

La mondialisation est-elle compatible avec le développement durable et l’écologie ?
Qu’est-ce-que l’altermondialisme ?